Ecrivains



Leurs livres évoquent les grands espaces de l'Ouest américain, ses lumières, son immensité et le quotidien des hommes qui y vivent."Tout vient de Neil Young et de sa chanson "Are you ready for the country ?" (Etes-vous prêt pour la campagne ?) qui nous a causé un tort considérable", a écrit un jour ironiquement Jim Harrison pour justifier l'essor du courant littéraire des "westerners".



SHERMAN ALEXIE

Elevé dans une réserve proche de Seatlle, à l'Ouest des Etats-Unis, Sherman Alexie fait partie de la nouvelle génération des écrivains indiens. Ses romans parlent de la misère de son peuple, du dénuement matériel et spirituel des jeunes amérindiens, des ravages causés par l'alcool et la drogue. Ainsi, son premier roman "INDIAN BLUES" raconte-t-il les aventures d'un groupe de rock indien. En héritant de la guitare d'un grand bluesman noir, ses membres vont connaître le succès. Dans ses recueils de nouvelles,"PHOENIX ARIZONA" (adapté au cinéma) et "LA VIE AUX TROUSSES", Sherman Alexie croque quelques portraits d'indiens déjantés, mais attachants. Dans "DIX PETITS INDIENS", il nous montre que, dans une Amérique sous menace terroriste, le fait d'appartenir à telle ou telle race, sexe ou classe sociale, peut être une source de divisions. (Albin Michel, 10/18)
 

RICK BASS

Ses descriptions du Montana et du Mississippi nous plongent dans les lumières et les silences des grands paysages américains. Né à Fort Worth (Texas), cet ancien géologue de l'industrie pétrolière vit dans la vallée du Yaak au Montana. Dans son roman WINTER sorti en 1998 aux édittions Hoëbeke, Rick Bass raconte ce que l'on peut ressentir en hiver dans un coin perdu du Montana, sans électricité, ni téléphone, ni aucune commodité. L'occasion de révéler cette part sauvage qui sommeille en nous.(Babelio) Photo Elizabeth Hughes.

 





JAMES LEE BURKE

Du polar, encore du polar, rien que du polar. Avec le détective Dave Robicheaux nous parcourons la Louisiane, avec ses bayous glauques, ses figures louches à la recherche du coupable pas toujours idéal. Exécutions de militants indiens qui s'opposent à l'exploitation de leur sol par des compagnies peu scrupuleuses (Black cherry blues), disparitions mystérieuses sur le tournage d'un film traitant de la guerre de sécession (Dans la brume électrique avec les morts confédérés adapté au cinéma par Bertrand Tavernier avec Tommy Lee Jones). Bref, on ne s'ennuie pas avec le" privé" favori de James Lee Burke. (Rivages/noir)






JAMES CRUMLEY 

Né au Texas, James Crumley s'est éteint le 17 septembre 2008, à 
Missoula (Montana). Avec ses héros, les détectives Milodragovitch et Sughrue, Crumley nous a fait cotoyer des personnages déjantés et turbulents dans une Amérique puritaine. Des enquêtes sur fonds de magouilles et d'histoires sales, avec en filigrane, les paysages et parfois les traditions indiennes, comme dans "La danse de l'ours". Dans son avant-dernier roman, "La contrée finale", Big Jim règlait ses comptes avec le Texas, ses flics pourris et ses politiciens véreux. Son dernier opus, paru en octobre 2005, "Folie douce", nous permet de retrouver l'un de ses héros favoris, Sughrue.(Gallimard/Fayard noir/SérieNoire/Folio, 10/18) Photo Herve Ciret





JAMES D. DOSS

Ceux qui apprécient les ethno-polars de Tony Hillerman devraient aimer les livres de cet auteur. Eminent chercheur de l'un des temples de la physique nucléaire américaine, James D. Doss vit au Nouveau-mexique où il partage son temps entre Los Alamos et Taos. Passionné des cultures indiennes, il a inventé les personnages du shérif Scott Paris, du policier tribal Charlie Moon et de la vieille indienne Ute, Daisy Perika, qui converse avec les esprits. Un mélange captivant de science et de mysticisme. (Albin Michel, 10/18)









GRETEL EHRLICH

Une bonne entrée en matière sur l'immensité des paysages de l'Ouest américain. A la suite du deuil d'un proche, Gretel Ehrlich a quitté le monde urbain pour venir s'installer dans le Wyoming. Elle y a trouvé un territoire à la mesure de sa peine, en partageant le quotidien des cow-boys d'aujourd'hui. Grâce à cette existence, elle va peu à peu redonner un sens à sa vie. "Rien n'est plus fragile qu'une femme, sinon un homme", écrit l'auteur. Vision d'une femme sur un milieu souvent considéré comme essentiellement macho. (Albin Michel) photo DR








RICHARD ERDOES

Fuyant le nazisme en 1936, s'établissant à Paris durant 4 ans, cet autrichien a découvert l'Amérique en 1940, à travers ses rencontres avec les indiens. Collecteur infatigable des contes et légendes indiennes - avec Alfonso Ortiz aujourd'hui décédé - il a enregistré minutieusement ces histoires racontées par les tenants de la tradition amérindienne. Les mythes de la Création du monde et des êtres vivants vus par les indiens et transmis de génération en génération. Des histoires fantastiques, cocasses ou même coquines qui, selon leurs thème, raviront tous les publics. (Albin Michel) photo Herve Ciret


   






LOUISE ERDRICH

Née de mère indienne Chippewa et de père allemand, Louise Erdrich a grandi dans une réserve du Dakota du Nord. Son premier livre, "Jacklight", était un recueil de poèmes. Le second, "L'amour sorcier", a remporté le prix du meilleur roman décerné par le Los Angeles Times. Après "la Branche cassée", cette grande voix de la littérature américaine nous a proposé "L'épouse antilope", un roman entre magie et réalité. L'histoire d'un soldat, à la fin du 19e siècle, dont l'unité vient de massacrer les habitants d'un village indien. Après la tuerie, celui-ci découvre un bébé rescapé dans un berceau attaché à un chien. Le début d'une saga émouvante. Après "Dernier Rapport sur les miracles à Little No Horse", son roman, "Chorale des maîtres bouchers", raconte l'émigration, après la guerre 14-18, d'un jeune allemand aux Etats-Unis où celui-ci a décidé d'ouvrir une boucherie et de fonder une chorale. En souvenir de celles des maîtres bouchers où chantait son père. (Albin Michel).




 
RICHARD FORD 

Bien que natif de Jackson, dans le Mississippi, Richard Ford peut être considéré comme un écrivain de l'Ouest. Classé écrivain sudiste, puis de "l'école du Montana", cet auteur se revendique, avant tout, des racines de l'écriture. Son premier roman, "Une Mort secrète", écrit en 1976, n'est paru en France qu'en 1989. Ont suivi,"Un week-end dans le Michigan", "Une saison ardente", "Le bout du rouleau", "Ma mère", "Indépendance".Pour découvrir Richard Ford, je vous conseille "Rock Springs" dont les dix nouvelles se déroulent dans le Montana. Un peu à la manière d'un Chris Offutt, ce sexagénaire dépeint des paumés avec beaucoup de poésie et de tendresse. Un autre vision de l'Amérique ! 




 



JIM HARRISON

Originaire du Michigan, c'était une véritable légende vivante en France, un pays que cet écrivain visitait régulièrement. Il en appréciait, notamment, les grands crus de vin et la bonne cuisine. C'était également un passionné de pêche en rivière. L'une de ses nouvelles, "Légendes d'automne" a été adaptée au cinéma, avec Brad Pitt dans le rôle principal. Ses romans "Dalva" et sa suite "La route du retour ", parlent d'une Amérique révolue. Ses autres romans ou recueils de nouvelles évoquent la passion. Celle de l'amour ou de la haine, sur fonds de paysages grandioses. Ses dernières publications : "L'été où il faillit mourir", un recueil de trois nouvelles, dont l'une brosse les portraits à la première personne de trois épouses républicaines. Un régal ! "Retour en terre", "Une odyssée américaine", "Les jeux de la nuit", qui signe le retour de "Chien Brun", personnage cher à Harrison. Et, en 2015, "Péchés capitaux", son tout dernier roman. "Big Jim", comme on le surnommait, est mort le 26 mars 2016, à Patagonia, en Arizona. (Bourgois, Flammarion, 10/18) photo Loïc Malavard/MPA.







TONY HILLERMAN  

Chantre du polar ethnologique américain, Tony Hillerman nous a quitté le 26 octobre 2008. Ses romans policiers mettent en scène le flic Navajo, Joe Leaphorn, et mélangent habillement culture indienne et histoires de meutres. L'action se déroule invariablement en Arizona, dans une réserve d'indiens Hopi. Tony Hillerman dit s'être inspiré des livres d'Arthur Upfield, un écrivain australien, précurseur du genre avec plus de 25 romans policiers écrits entre 1920 et 1960. Un genre qui fait des émules, à l'image de James D. Doss. "Le grand vol de la banque de Taos", recueil de nouvelles, est une bonne introduction à son oeuvre. (Rivages/noir, Rivages/thriller).




 
RICHARD HUGO


L'aéronautique mène à la littérature, à condition d'en sortir. Richard Hugo rédigeait les notices techniques d'un grand constructeur d'avions américain, lorsqu'il s'est mis à la poésie. Devenu enseignant à l'Université de Missoula, il fut le maître en écriture des deux James( Crumley et Welch). Sa courte vie (59 ans) ne lui a laissé le temps de publier qu'un seul roman en frrançais," la mort ou la belle vie". Référence en matière de polar psychologique, ce livre rata de peu le prix "Pulitzer". A lire impérativement, pour découvrir le flic au grand coeur "Barnes-la-tendresse", poète et policier qui enquête à Missoula. On retrouve le célèbre shérif adjoint dans un roman inachevé publié en 2004 dans « Si tu meurs à Milltown », un ouvrage réunissant ses textes inédits (poèmes et essais). (Abin Michel - 10/18)





ELMORE LEONARD

Elmore Leonard est né en 1925 à la Nouvelle Orléans. Il a vécu à Dallas, Oklahoma City et Memphis avant que ses parents s'installent à Detroit en 1935. Durant la seconde guerre mondiale, il a servi dans la marine américaine et a ensuite étudié la littérature anglaise à l'université de Detroit. De 1949 à 1961, il a travaillé comme rédacteur dans diverses agences de publicité et, depuis 1961, il a écrit, surtout, des romans et des scénarii de films. Certains de ses livres (Get shorty Punch Créole, Hombre, Hors d'atteinte) ont été adaptés au cinéma. Elmore Leonard a également pratiqué avec beaucoup d'humour le style western,  à travers des nouvelles et des romans. Il est décédé le 20 août 2013.(Rivages/noir).







CORMAC Mc CARTHY


Lauréat de nombreux prix littéraires, cet écrivain originaire du Rhodes Island a déjà dépassé les 70 ans. Vivant au Texas après avoir passé son enfance dans le Tennessee, Cormac Mc Carthy semble totalement indifférent à son succès depuis plus de vingt ans. Ses personnages, amoureux des grands espaces et de la nature font face à leur destin, quitte à endurer une véritable descente aux enfers. "Meridien de Sang" contient déjà ce qui fera le succès de sa trilogie des Confins avec "De si jolis chevaux", "Le Grand Passage", "Des Villes dans la plaine" (Actes Sud, Editions de l'Olivier, 10/18) photo Gilles Peress. 





 



THOMAS Mc GUANE

Né dans le Michigan, dans une famile catholique irlandaise, Thomas Mc Guane a publié son premier roman, "Club de chasse", en 1968. Hollywood a adapté son livre au cinéma. Ensuite, il a écrit " Embuscade pour un piano" et "36° à l'ombre", nominé pour le National Book Award en 1973. Passionné par l'élevage des chevaux, il vit dans un ranch du Montana et a remporté, autrefois, plusieurs championnats de rodéo. Thomas Mc guane esy aussi un passionné de pêche en rivière, comme l'un de des meilleurs amis, l'écrivain ouest américain Jim Harrison. Il a aussi écrit des scenarii de films westerns. Après 10 ans sans publier de roman, il nous livre "A la cadence de l'herbe" en 2004. L'histoire d'une famille vivant dans un ranch du Montana, à travers le regard d'un cow-boy. En 2006, Mc Guane livrait "En déroute" un recueil de 10 nouvelles dépeignant des portraits d'hommes à la dérive. Tout comme la société américaine d'aujourd'hui. (Christian Bourgois Editeur) photo Herve Ciret.



 

LARRY McMURTRY

"Si vous ne devez lire qu'un western dans votre vie, lisez celui-ci", écrit James Crumley en parlant de Lonesome Dove. Une histoire de cow-boys rangés des voitures qu'un troupeau volé va conduire du Texas au Montana. Une randonnée épique qui vous transporte dans de somptueux paysages, en compagnie de drôles de zèbres au caractère tranché mais touchant. L'auteur, Larry Mc Murtry, est d'origine texane. Petit-fils de ranger, devenu bouquiniste il se définit comme un "gentleman" cow-boy". Nombre de ses romans ont été portés à l'écran, dont "La dernière séance", "Tendres passions", "Texasville" et "Lonesome Dove". En 2005, il a été, avec Diana Ossana, le co-scénariste du film "Brokeback Mountain", adapté d'une nouvelle de l'américaine Annie Proulx  ( Editions First). En 2016, les éditions Gallmeister publient "Lonesome Dove : les origines", un préquel du titre éponyme où l'on retrouve les deux héros, durant leur jeunesse.



 

NORMAN SCOTT MOMADAY

Indien Kiowa, il est probablement le plus grand écrivain amérindien.Il a été le premier à exprimer la tradition orale de son peuple à travers une écriture romanesque. En 1969, il décroche le Prix "Pulitzer" avec "La maison de l'aube". Professeur de littérature à l'Université de l'Arizona, il est également peintre et dramaturge."Le chemin de la montagne de pluie" est une bonne introduction à son oeuvre. (Editions du Rocher) photo Herve Ciret 









CHRISTOPHER MOORE

Avec "Blues de Coyote" Christopher Moore nous a fait découvrir "Coyote", l'un des personnages majeurs des légendes indiennes. Il s'agissait d'un agent en assurance, cachant ses origines indiennes, dont la vie bien réglée était bouleversée par les agissements intempestifs d'un "Coyote" prenant son apparence humaine. Le personnage mythique du Coyote était ici revisité pour notre plus grand plaisir, dans un monde urbain et sans pitié. Une bonne introduction aux légendes indiennes collectées par Richard Erdoes et Ortiz. Avec "Le lézard lubrique de Melancholy Cove", Moore nous raconte une hisyore mille fois plus déjantée. Celle d'un dragon se métamorphosant en caravane, sous les yeux attendris d'une ex-comédienne de série Z de Kung fu ! En 2004, dans "L'Agneau", Morre s'attaquait à un mythe, Jésus, dont il racontait les aventures, par le biais de son copain d'enfance. Uniquement pour les lecteurs trouvant leur quotidien décidémment trop banal. (Gallimard série noire).




 
EDMUND NAUGHTON 


Une fois n'est pas coutume, voici un auteur de "westerns noirs", qui vit en France depuis qu'il a été chassé par le Maccarthysme dans les années cinquante. Né en 1926 aux Etats-Unis, Edmund Naughton a été journaliste, puis professeur d'anglais. Les éditions de poche Folio ont la bonne idée de republier Oh ! collègue", sorti dans la "Série Noire" en 1971. L'histoire d'un jeune cow-boy qui a mal tourné en braquant une banque et qui veut échapper à l'emprise de son ex-collègue, buveur de whisky et séducteur de femmes. A lire également, "Les cow-boys dehors" (sorti en 1982 dans la "Série Noire) qui met en scène une propriétaire de ranch... française faisant appel à des tueurs, afin de donner une leçon à son compagnon un peu trop coureur de jupons.




 

DAN O'BRIEN


Auteur d'un ouvrage sur la vie des faucons, "Rites d'automne", Dan O'Brien est un amoureux de la nature. Il vit d'ailleurs dans un ranch dans le Sud Dakota. Son premier roman , "L'esprit des Collines", a pour cadre les Black Hills, ces montagnes considérées comme sacrées par les indiens, dans lesquelles ont été taillées le visage de quatre présidents américains. Une histoire qui croise le destin d'un traqueur de loups et celui d'un homme à la recherche de l'assassin de son jeune frère. Dans son second roman, "Brendan Prairie", c'est un projet immobilier dans un coin de nature qui déchaîne les passions (Albin Michel) photo H.Ciret. Lire l'interview de Dan O'Brien sur son livre "Wild idea" (2015).




 

CHRIS OFFUTT 

Chris Offutt a suivi les ateliers d'écriture de l'Université d'Iowa. Ils sont moins connus que ceux de Missoula au Montana. Son premier roman autobiographique "Le fleuve et l'enfant" faisait un parallèle entre la beauté de la nature et le fait d'être père pour la première fois. Dans "Kentucky straight ", un recueil de nouvelles, l'auteur brosse le portrait de personnages déjantés dans un coin perdu du Kentucky. Une vision très "country" (au sens de "campagne") de l'Amérique d'aujourd'hui. Son second roman, "Le bon frère", parle de la difficulté d'honorer la tradition familiale de la vengeance. Depuis, Chris Offutt a publié "Sortis du bois". (Gallimard série noire) photo Herve Ciret.







LOUIS OWENS 


La nature est omniprésente dans les livres de Louis Owens,qui nous a quitté en 2002. Notamment, les rivières qui en sont souvent l'épine dorsale.D'origine indienne, l'auteur parle de la difficulté de respecter les traditions quand on est indien aujourd'hui. Avant de devenir professeur de littérature à l'Université du Nouveau-Mexique, Louis Owens à travaillé comme "ranger" dans l'Ouest américain. Il s'est inspiré de cette expérience pour rédiger ses romans qui décrivent la beauté des paysages et une nature souvent menacée par l'homme. Ses trois romans, "Même la vue la plus perçante", "Le chant du loup" et "Le joueur des ténèbres" sont à lire absolument. (10/18).









ANNIE PROULX

Née dans le Connecticut, d'une mère anglaise et d'un père franco-canadien, Annie Proulx vit dans le Wyoming. Elle a reçu le prix Pulitzer et le National Book Award pour ses deux premiers romans, "Noeuds et Dénouements" et Cartes Postales"(Rivages). "LES PIEDS DANS LA BOUE" (Rivages) est son deuxième recueil de nouvelles : des histoires rudes comme l'Ouest sauvage. Avec des cow-boys passionnés de rodéo, des femmes prêtes à tout pour s'en sortir ou gagnées par la solitude, au point d'être draguées par un tracteur en mal d'affection. Des tranches de vie de gens ordinaires et paumés... sur fond de paysages âpres et magnifiques, bien loin du stress des villes dans un Wyoming rural et quelque peu hors du temps. photo Ludovic Moulin.









DAVID TREUER
 
Juif autrichien par son grand-père, David Treuer est originaire de la réserve de Leech Lake, dans le Minnesota et enseigne la littérature à l'université de Minneapolis. Il nous avait étonné avec son précédent roman "Little" qui racontait la présence pesante d'un frère disparu prématurément. Cette fois-ci David Treuer nous livre "Comme un frère", sur la complicité de deux frères. Une chronique sur les parias de l'Amérique nullement autobiographique, mais inspirée par la relation très proche qu'il a avec son propre frère auquel il se dit très attaché. (Albin Michel)photo Herve Ciret.





LARRY WATSON

Fils et petit fils de shérif, Larry Watson préfère la poésie au maintien de l'ordre. Au cours de poésie de l'université du Nord Dakota, il rencontre les deux "James", les écrivains Crumley et Welch. Aujourd'hui, Larry Watson enseigne la littérature et l'écriture à l'Université du Wisconsin. Son premier roman "MONTANA 1948" met en scène un fils de shérif et une jeune indienne. Il mêle souvenirs de famille, drame psychologique et récit d'aventure. Son roman suivant, "JUSTICE", reprend l'histoire à son début, en 1898, avec le grand-père de la famille également shérif. Son troisième ouvrage s'intitule "WHITE CROSSES". (10/18) photo S.Watson. 







JAMES WELCH
 

Cet écrivain d'origine indienne a ouvert la voie aux écrivains amérindiens. Il est décédé d'un cancer en 2003. Dans chacun de ses livres, James Welch s'efforce de montrer le contraste entre valeurs traditionnelles et contemporaines. Il y dénonce aussi le génocide du peuple indien et sa lente asphyxie par la société américaine. Dans "C'EST UN BEAU JOUR POUR MOURIR", l'auteur raconte, pour la première fois, la version indienne de la bataille de Little Big Horn où le général américain Custer et nombre de ses soldats trouvèrent la mort. Une fois n'est pas coutume, l'histoire de son avant dernier roman, "A la grâce de Marseille" se déroule... en France. (Albin Michel, 10/18) photo Herve Ciret

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire