Pipeline du Dakota : des Sioux se font entendre à Paris


Du 19 au 23 mai 2017, des Indiens de la réserve Sioux de Standing Rock (Dakota du Nord et du Sud) sont présent à Paris, dans le cadre d'une tournée européenne de protestation contre la construction d'un pipe-line (Dakota Access Pipe Line) sur leurs terres ancestrales. Leur but : demander le désinvestissement des banques qui soutiennent ce projet, parmi lesquelles 4 banques françaises: Crédit Agricole, BNP Paribas, Natixis et la Société Générale.

Mais, les activistes indiens ne vont pas se contenter de manifester pacifiquement devant les locaux des investisseurs concernés. Ayant acheté des actions des différentes banques françaises, ils ont prévu d'assister, le 23 mai 2017, à leurs assemblées générales, afin de leur demander de se désinvestir du Dakota Access Pipe Line (DAPL). Lancée en décembre 2016, la campagne demandant à la Société Générale de se désinvestir de ce projet aurait reçu le soutien de 10 000 personnes s'étant engagées à boycotter cette banque. D'autres projets similaires à celui du Dakota seraient également contestés, comme le pipeline Keystone XL ou le terminal Texas LNG. 

Le 22 mai 2017, à 19h30 à la Bourse du Travail à Paris a lieu une soirée débat avec les défenseurs de Standing Rock. D'ici le 14 juin 2017, les Indiens Sioux de cette réserve iront à la rencontre de soutiens européens également, à Bruxelles (Belgique), Bonn et Cologne (Allemagne), Amsterdam (Pays-Bas), Genève (Suisse), Barcelone et Madrid (Espagne). Fin 2016, l’administration Obama avait suspendu le permis de construire du "Dakota Access Pipe Line", mais l'élection de Donald Trump a relancé sa construction. Lors de la reprise des travaux qui, selon les Indiens, menaçait des sites sacrés, des affrontements ont eu lieu à Cannon Ball (Dakota du Nord). Mais, le 4 décembre 2016, le corps des ingénieurs de l’armée américaine annonçait qu'il refusait, à la société pétrolière, le permis de forage sous la rivière Missouri.

Cow-boys de rodéo : quand la réalité devient fiction


La réalisatrice américaine Chloé Zhao est de retour au festival de Cannes, dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, avec un film de fiction sur les cow-boys de rodéo. En 2015, cette chinoise originaire de Beijing (Pékin), mais vivant à Denver (Colorado), nous avait raconté la vie d'Indiens de la réserve Sioux de Pine Ridge (Dakota du Sud), dans "Les chansons que mes frères m'ont apprises" (voir vidéo ci-dessous). Une fiction aux allures de documentaire. 

En 2017, avec "The Rider", Chloé Zhao revient dans cette même réserve Sioux du Dakota, mais, cette fois-ci, pour évoquer la dure vie des cow-boys de rodéo. Brady, jeune indien de la réserve, a reçu un violent coup de sabot à la tête qui a failli lui être fatal. S'il survit à cet accident, il constate que certaines de ses fonctions principales sont atteintes. Le jeune indien va devoir se contenter de regarder les autres cow-boys faire leurs rodéos.

Les acteurs de "The Rider" sont de véritables cow-boys de la réserve Sioux de Pine Ridge (Dakota du Sud). A tel point que Brady Jandreau, qui interprète le personnage principal, n'a pu être présent au festival de Cannes. A la tête d'un élevage de bovins, c'est justement la période où il doit assurer la transhumance de ses troupeaux.

70e édition du Festival de Cannes (17-28 mai 2017)

 
 

Décès du guitariste grunge américain Chris Cornell


Le guitariste américain qui chantait, en français dans le texte, "Elle changera le monde, mais elle ne peut pas me changer", sur son album "Euphoria Morning" (1999), s'est suicidé, le 18 mai 2017, à 52 ans, en se pendant dans sa chambre d'hôtel à Detroit (Michigan). Quelques heures plus tôt, Chris Cornell avait donné un concert, dans cette même ville, avec son groupe Soundgarden. 

Né à Seattle (Etat de Washington), Chris Cornell était un batteur, guitariste exceptionnel, capable de chanter sur un registre vocal de quatre octaves différents. Au milieu des années 1980, il fonde le groupe Soundgarden, fleuron de la scène rock "grunge" américaine, avec Alice in Chains, Nirvana et Pearl Jam, au début des années 1990. Il connaît un succès mondial, en vendant 9 millions d'exemplaires de son 4e album, "Superunknown" (1994), dont la chanson "Black Hole Sun" devient un hit et dont le clip reçoit le prix de la meilleure vidéo metal/hard-rock, aux MTV Awards 1994. 
Après la séparation de Soundgarden en 1997, Chris Cornell entame une carrière solo, durant laquelle il enregistre, - chose rare - une version française du titre "Can't Change Me", dans une version plus acoustique que sa version anglaise. En 2006, sa chanson "You Know My Name" est le thème-titre du film de James Bond, "Casino Royale".

Ayant reformé
son groupe Soundgarden, en 2010, Chris Cornell a sorti un sixième album "Sound Animal" (2012). Il était actuellement en tournée, à travers les Etats-Unis. Il laisse une femme et trois enfants, âgés de 11, 12 et 17 ans.



Françoise Nyssen : éditrice également western


F. Nyssen et son mari, J-P Capitani - @Valérie Farine
Co-directrice des éditions "Actes Sud" et d'origine belge, Françoise Nyssen, nommée récemment ministre de la Culture, s'est parfaitement acclimatée à la Camargue, depuis 40 ans. Une contrée demeurée sauvage, où l'on a tourné les premiers westerns français, dans les années 1910, en même temps que les Américains. Ce n'est donc pas tout à fait un hasard, si Françoise Nyssen s'est intéressée, en 2012, à ce genre littéraire. D'abord, avec le roman déjanté et désopilant, "Les Frères Sisters" (The Sisters Brothers), du Canadien Patrick DeWitt contant les aventures désespérantes de deux desperados désespérés de l'Ouest. 

Puis, en 2013, avec la collection "L'Ouest, le Vrai", dirigée par Bertrand Tavernier, dont le but est de faire découvrir, au public français, les romans westerns américains des années 1950/1960. Si ceux-ci ont été adaptés au cinéma, ils sont le plus souvent inconnus du grand public. 

Enfin, son mari, Jean-Paul Capitani a un lien avec les westerns. C'est en effet sur sa propriété camarguaise, non loin des Saintes-Maries-de-la-mer (Bouches-du-Rhône) qu'ont été tournées certaines séquences des premiers films français du genre, par le réalisateur Jean Durand, avec l'acteur Joe Hamman. D'où la publication, en 2016, par Actes Sud, d'un ouvrage sur les westerns camarguais. Enfin, depuis 25 ans, la maison d'édition de Françoise Nyssen publie, avec l'Institut Lumière, une collection de livres sur le 7e art.




Clint Eastwood : un cow-boy sur la Croisette


L'acteur et réalisateur américain Clint Eastwood, président du jury en 1994, est présent cette année (17-28 mai 2017) à la 70e édition du festival de Cannes (Alpes-Maritimes) . Il vient y présenter la copie restaurée de son western "Impitoyable" (1992), dont le festival fête le 25anniversaireLe "cow-boy"  d'Hollywood essuie également les plâtres de la  première "Leçon de cinéma" du 70e anniversaire, en compagnie du critique américain Kenneth Turan. En 2014, trois westerns interprétés par Clint Eastwood, "Pour une Poignée de Dollars" (1964), "Et pour quelques dollars de plus" (1965), "Le bon, la Brute et le Truand" (1966), de Sergio Leone, avaient été projetés, lors du festival de Cannes.

De nombreuses autres stars américaines honorent le festival de leur présence : Kirsten Dunst, Elle Fanning, Colin Farrell, Joaquin Phoenix, Julianne Moore. Parmi, les 8 membres du jury, on trouve Jessica Chas­tain et Will Smith, deux fois nommés aux Oscars d'Hollywood. Le réalisateur, producteur et scénariste mexicain Alfonso Cuaron, qui a décroché l'Oscar du meilleur réalisateur pour son film  "Gravity" (2013), est également à Cannes pour une  "Leçon de cinéma", en compagnie du critique Michel Ciment.


Pour la première fois, le 70e Festival de Cannes met les séries TV à l’honneur avec, notamment, la présentation de deux épisodes de la troisième saison de "Twin Peaks" réalisée par David Lynch, originaire de Missoula (Montana). Invité d'honneur de l'édition 2017 du festival, il s'est vu décerner la Palme d'or, en 1990, pour "Sailor et Lula" et le  Prix de la mise en scène, en 2001, pour "Mulholland Drive". 

Enfin, deux actrices américaines sont présentes à Cannes, mais en tant que réalisatrices d’un court métrage : Robin Wright, qui vient présenter "The Dark of Night", hommage au film noir, et Kristen Stewart, qui a mis en scène "Come Swim".

A lire également



Le "Farm Aid" breton de Drouges


Ce n'est pas tout à fait le "Farm Aid" américain de Neil Young, mais cela y ressemble un peu. Regroupant marché artisanal, exposition de voitures et de tracteurs d'avant 1965, vente de disques et de vêtements, et bien sûr des concerts, le "Farm & Village Blues Festival" ne peut-être que sympathique. La 2e édition de cet évènement se déroule, les 27 et 28 mai 2017, à Drouges (Ille-et-Vilaine), à 40 km de Rennes.
 
Le temps d'un week-end, ce petit village de quelques 500 âmes, se transforme en localité du Sud américain profond. On y croise, des Chevrolet et des Cadillac, on s'y fait raser chez un "Barber shop" ou l'on s'y fait tatouer, tout en écoutant du blues, du bluegrass, du folk, de la musique hillbilly et cajun, voire même du country punk ! Le tout, dans un répertoire allant des années 1920 aux années 1950. Entre deux concerts, on peut faire l'acquisition d'instruments auprès de luthiers ou refaire sa garde-robe US, auprès de créateurs de vêtements inspirés des années 1950. 
 
Les noms des groupes qui se produiront lors des concerts de ce festival fleurent bon le Sud des Etats-Unis : Acousta Noir, Black Cat Joe & Miss Corina, The Blue Butter Pot, Cajun Bouexi Band, The Cuckoo Sisters, Old Moonshine Band, Stop II, Thomas Shoeffler Jr, Wooden Shields. Et si vous pratiquer correctement un instrument, vous pouvez "faire le boeuf", avant chaque concert. Ambiance conviviale et chaleureuse garantie !
 
"Farm & Village Blues Festival" (27-28 mai 2017), à Drouges (Ille-et-Vilaine), organisé par l'association "Farm & Village"