Thanksgiving : le jour où des Indiens sauvèrent des colons de la famine


"Le premier Thanksgiving" - Jean-Louis Gérôme Ferris (1863-1930)
Ce 23 novembre 2017, les Américains célèbrent leur 396e "Thanksgiving". C'est en 1621, un an après l'arrivée de pèlerins puritains anglais, à bord du bateau "Mayflower" sur la côte Est de l'Amérique (futur Massachussets) qu'est fêté le premier "Jour de remerciement et d'action de grâce", proclamé par le gouverneur de la colonie, William Bradford, et partagé avec ses voisins Indiens.  

Un an plus tôt, confrontés à la famine au cours de laquelle la moitié d'entre eux périt, les colons reçoivent l'aide d'Iroquois de la tribu des Patuxets. Ceux-ci leur apprennent à chasser, à pêcher et surtout à planter du maïs. Lors de la première récolte à l'automne suivant, trois jours de prière et de fête sont organisés, les Indiens apportant des dindes sauvages à rôtir. 

C'est George Washington, premier président des Etats-Unis, qui, en 1789, proclame le 26 novembre "Thanksgiving day". Au cours des années, la référence aux premiers habitants de l'Amérique du Nord s'évanouit, pour ne plus retenir que les remerciements à Dieu et la célèbre dinde.  

Instaurée fête nationale en 1863, par Abraham Lincoln, elle est depuis célébrée le quatrième jeudi du mois de novembre. Pour l'occasion, plusieurs dizaines de millions de ces volailles sont cuisinées. Selon les régions, elles sont enrobées de sirop d'érable, accompagnées d'une farce de châtaigne, de pain de maïs, de patates douces confites ou même de choucroute. Une seule dinde est graciée symboliquement par le Président des Etats-Unis, depuis la fin des années 1980.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire