Saint-Martin : une histoire américaine


Alors que l'île de Saint-Martin se retrouve au coeur de l'actualité, suite au passage de l'ouragan Irma, il est intéressant de se pencher sur les relations de ce territoire français avec les USA. En effet, l’île se trouve à seulement 200 kilomètres des Iles Vierges des Etats-Unis, le plus proche territoire américain de la zone, composé de trois îles : Sainte-Croix, Saint-John et Saint-Thomas. Si, sur cette dernière, on a autrefois parlé français, les habitants des Iles Vierges sont désormais totalement anglophones. Au point d'être les seuls américains à rouler à gauche. Quant à l'île de Saint-Martin, elle se trouve à seulement 2h30 par avion de Miami (Floride) et à 3h15 de New York. 

A la fin du 18e siècle, en raison de la guerre d'Indépendance aux Etats-Unis, Saint-Martin est occupée par les Britanniques. Au début du 20e siècle, le gouvernement français se désintéressant de la colonie, nombre de ses jeunes habitants s'en vont travailler aux Iles Vierges américaines toutes proches et à l'Ile de Curaçao, où une compagnie pétrolière américaine a implanté une raffinerie. Leurs femmes se faisant souvent engager comme domestiques. La crise de l’industrie sucrière entraîne une période de marasme économique, obligeant les Saint-Martinois à émigrer, notamment vers la Floride.

Dans les années 1960, de riches Américains achètent des résidences secondaires à Saint-Martin, dans la zone des Terres Basses. C'est que qui explique que l'actuel Président des Etats-Unis, Donald Trump, y possède une villa de 50 pièces, le "Chateau des Palmiers". La fréquentation assidue de l’île par des ressortissants américains, depuis plus de cinquante ans, y a provoqué une américanisation des modes de vie. Un phénomène accentué par le mélange des patronymes anglophones et des prénoms francophones, parmi les principales familles de l'île.

La perméabilité de la frontière entre les parties française et hollandaise de l'île de Saint-Martin, favorise l'immigration clandestine, notamment, à destination des Etats-Unis. Le but de la plupart des émigrants clandestins est de gagner par bateau, les Iles Vierges Américaines et d'y engager un processus de naturalisation. Certains utilisent des passeports, volés à des ressortissants Américains, leur permettant d’arriver sans encombre sur l'île de Saint-Martin, soit pour y rester ou tenter de se rendre aux Iles Vierges des Etats-Unis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire