Les Chevrolet : une part de rêve américain



Le 9 avril 2017, des passionnés de voitures Chevrolet de tous modèles se sont retrouvés, près de Versailles (Yvelines). Parmi eux, Gérard Michel, heureux propriétaire d'un Super Sport Roadster et amateur de voitures américaines depuis 23 ans. Il s'est déjà rendu à trois reprises aux Etats-Unis. Notamment, pour y rouler sur la mythique "Route 66". 


D'où vous vient cette passion pour les belles américaines ?

J'aime les voitures depuis l'âge de 18 ans et j'ai découvert les américaines, à l'âge de 40 ans, grâce à un ami m'a dit : toi qui aime bien les voitures un peu préparées, telles que les Porche, pourquoi ne pas t'acheter une américaine, car cela coûte moins cher et c'est beaucoup plus atypique. Donc, en 1993, lors de mon premier rassemblement de passionnés, j'ai fait l'acquisition d'une Chevrolet Camaro et aujourd'hui, je me retrouve avec ma 23e américaine. 
 
Pourquoi des voitures américaines ?

Parce que c'est le mythe américain, avec ses grands espaces. Et puis, j'aime bien le côté "too much" de ces véhicules. Les calandres des voitures, ce sont des doubles calandres, comme sur les modèles des anciennes Cadillac. Je n'ai pas de marque préférée. Au début, j'ai acheté ce qui me plaisait : sportives, berlines. Des Cadillac 1959, Lincoln Continental, principalement des voitures anciennes. Et puis, avec l'âge, j'ai cherché des modèles plus récents : Corvette, Mustang, Chevrolet. Les marques américaines sont plus abordables que des Audi ou des Mercedes et une Chevrolet, il n'est pas nécessaire de l'importer des Etats-Unis, car la marque est reconnue en France. Donc, pour le passage aux mines, il suffit de se rendre chez un concessionnaire Chevrolet.

Pourquoi avoir choisi cette Chevrolet atypique ?

Je cherchais des modèles marginaux et je me suis dit, je vais acheter une voiture un peu hybride, ni sportive, ni routière. Au départ, je désirais un pick-up. Comme je ne l'ai pas trouvé, je me suis rabattu sur un modèle qui y ressemblait. D'où l'achat d'une Chevrolet Super Sport Roadster (SSR) de 2006, avec toit rétractable, dotée d'un moteur V8 de 6 litres développant 400 chevaux. Celui-là même utilisé par la Chevrolet Corvette C6 et la Pontiac GTO, avec une boîte de vitesses automatique à 4 rapports. L'aspect rétro de sa carrosserie la fait ressembler à un pick-up ou à la légendaire El Camino, en raison de sa caisse arrière allongée, recouverte par un couvercle en fibre de verre. A l'origine, le modèle SSR était fait pour concurrencer les Prowler de chez Chrysler. Chevrolet a voulu proposer un modèle identique, mais qui n'a pas eu plus de succès, car trop hybride.

Vous êtes déjà allé aux USA ?

J'y suis allé trois fois. La première, avec mon comité d'entreprise, la seconde pour aller y chercher une Corvette et la troisième pour faire la Route 66, avec une Cadillac Escalade.

Fabriquée à Lansing (Michigan) aux États-Unis, entre 2000 et 2006, la Chevrolet Super Sport Roadster (SSR) a été construite à plus de 24 000 exemplaires. Mais, les ventes du modèle ne répondant pas aux attentes de General Motors - quatre ans après sa sortie, seulement 9 000 exemplaires avaient été écoulés - le constructeur automobile annonce la fermeture de l'usine de Lansing, en 2006, provoquant, de ce fait, la fin de la production de la SSR. 

 Propos et photos recueillis par Herve CIRET


"Hey Gyp" (1966), une chanson de Donovan qui parle de Chevrolet, Ford Mustang et autres Cadillac

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire