Le Havre, port de l'Amérique depuis 500 ans


Connue pour avoir été presque entièrement détruite par des bombardements, en 1944, la ville normande du Havre, à l'embouchure de la Seine, célèbre, en 2017, les 500 ans de sa fondation. L'occasion de (re)découvrir, le passé américain de ce port, fondé le 8 octobre 1517, par le roi François 1er, afin d'établir des relations commerciales avec le Nouveau Monde.

Dès 1524, c'est du Havre que l'explorateur florentin, Giovanni Verazzano, missionné par François 1er, s'embarque pour découvrir une nouvelle route maritime vers l'Ouest et accoste sur les rives de la future Caroline du Nord. En 1562, c'est le capitaine Jean Ribault qui part du port havrais pour établir une colonie protestante en Floride. À la fin du 16e siècle, les relations commerciales entre Le Havre et l'Amérique s'intensifient. Cuirs, sucre  et tabac américains transitent par le port normand.

Au 18e siècle, la guerre d’indépendance américaine, entre insurgés et britanniques, accroît l'activité portuaire du Havre. En 1779, des troupes, des munitions et des armes y sont embarquées et envoyées vers les nouveaux États-Unis. Dès 1784, la première ligne régulière maritime "Le Havre-New York" entre en service. L'année suivante, Benjamin Franklin, le représentant du gouvernement américain en France, fait escale au Havre. En 1831, l'homme politique et historien, Alexis de Tocqueville s'y embarque pour aller étudier le système pénitentiaire américain et en revient avec les informations qui lui servent à rédiger son best-seller "De la démocratie en Amérique". 

Entre la fin du 19e siècle et le début du 20 siècle, mise à part la guerre de Sécession qui ralentit les échanges, Le Havre connaît son âge d'or, durant lequel la ville se développe. Suite à l'abolition de l'esclavage, son port a délaissé la traite des Noirs, mais demeure un point de passage obligé pour les candidats à l'émigration vers l'Amérique. En 1913, 20% des passagers quittant Le havre ont pour destination les Etats-Unis. C'est le début des grands voyages transaltlantiques, qui font la fierté des Havrais. En 1935, le paquebot "Normandie", alors le plus grand du monde, relie le Havre à New-York. Mais, les menaces de la seconde guerre mondiales se profilent à l'horizon.
 

Durant la seconde guerre mondiale, le port normand est la cible de plus d'une centaine de bombardements des Alliés. Car, les Allemands y ont implanté une base navale fortifiée, afin de préparer l'invasion de l'Angleterre.Avant de quitter la ville, ils en détruisent les infrastructures portuaires, minent la rade et l'estuaire et coulent 350 navires. Mais, en septembre 1944, afin de favoriser la progression des troupes débarquées en Normandie, trois mois plus tôt, les Alliés bombardent le centre-ville et le port. Le bilan est lourd : 5 000 morts, 150 hectares totalement rasés. Le Havre est la grande ville la plus détruite de France. 
 
La destinée américaine du port prend fin, en 1974, avec l'arrêt de la ligne Le Havre-New-York, à bord du paquebot France, seulement quatre traversées ayant eu lieu depuis. En septembre 2017, à l'occasion des 500 ans de sa fondation, la ville renoue avec les voyages transatlantiques, en proposant de relier Le Havre à New-York, à bord du paquebot "Queen Mary 2". 

Dans le cadre de la célébration des 500 ans du Havre, d'autres évènements ont lieu du 27 mai au 5 novembre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire